Error message

Le fichier n'a pas pu être créé.

Les femmes leaders : éthique et plaidoyer pour une représentativité équitable dans les instances de prises de décisions

Portrait de AGORA moderator

Cinquante femmes politiques issues des partis politiques (majorité présidentielle et opposition), de la société civile et du ministère de la Femme, Famille et Enfant réfléchissent depuis ce matin sur « l’éthique et le plaidoyer pour la représentativité des femmes dans les instances de prises de décisions ». Organisées  par le Cadre permanent de Concertation de la Femme Congolaise (CAFCO) avec l’appui du PNUD, ces assises de 3 jours ont pour objectifs d’Informer les femmes sur  les exigences de l’éthique en politique; d’améliorer la compréhension des femmes sur les approches et techniques de négociation et plaidoyer en politique  et de mettre en place le mécanisme de coaching et mentorat des femmes leaders.

En RDC, en dépit de l’arsenal juridique favorable à la participation politique des femmes, il est constaté un faible taux de participation des femmes à la gestion de la cité. Ce constant est fait au niveau des partis politiques où les femmes n’occupent souvent que les fonctions de second rang. A cela s’ajoute le poids de la culture qui fait passer la femme comme être faible, limité et incapable de gouverner.

L’histoire politique de la RDC montre que l’affranchissement universel par des élections justes et libres a été désormais reconnu comme la norme minimale d’une société démocratique. Cependant, il est devenu évident que le suffrage universel n’assure pas, à lui seul, un pouvoir législatif représentatif. Une part importante de la population continue à être exclue, en particulier les populations rurales démunies et moins éduquées et, toujours, les femmes. Par-dessus tout, la proportion de femmes dans le pouvoir législatif reste extrêmement basse.

Madame Thèrese Olenga, Ministre provinciale en charge de l’Education, Environnement, Communication, et Genre est revenue sur le rôle important que joue la femme congolaise dans la gestion quotidienne du foyer et ménages. Ce rôle doit être amplifié afin qu’il soit pris en compte à un haut niveau de la prise des décisions. « Les femmes doivent imprimer un cachet nouveau dans la manière d’être, de faire, de dire et de voir pour impulser la prise de conscience de son rôle. Pour qu’elle puisse mieux jouer le rôle attendu d’elle, il est important qu’elle ne reste pas dépendante de l’autre ou des autres. Il faut qu’elle obtienne les capacités de s’assurer et de s’assumer tout en ayant foi que ses choix et ses options correspondent au bien de l’Humanité ».

Le Directeur du PNUD, Priya Gajraj a dans son discours mentionné que la participation des femmes à la vie politique, économique et sociale et l’accroissement de leurs capacités sont essentiels pour renforcer leurs droits  et influencer le développement en RDC. Et d’ajouter  « Il y a eu des progrès importants depuis la Conférence de Beijing sur les femmes.  Dans le même temps, les progrès restent trop lents, et les avancées ne sont pas irréversibles.  L’objectif lancé par le Secrétaire Général des Nations Unies doit être notre objectif commun—arriver à 50:50 en termes d’égalité d’ici 2030 »

Madame Rose Mutombo, Présidente du CAFCO a quand elle souligné la pertinence des réflexions durant ce séminaire qui vont permettre aux femmes leaders d’élaborer des stratégies et mécanismes pouvant encourager leur représentativité au sein de leurs mouvements respectifs et aussi leur participation à la gestion de l’Etat.

Cet atelier vise donc à améliorer les capacités d’actions des femmes leaders soucieuses de se lancer en politique lors des prochaines élections et à soutenir les efforts des femmes qui souhaitent devenir actrices de changement. Il s’agira également de leur permettre  de mieux négocier leur projection politique en tenant compte des exigences éthiques effectives.

Pour rappel Depuis 2010, avec l’appui du PNUD, le  Gouvernement s’est doté d’un plan national de mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité et d’un Secrétariat National y relatif. Grâce au financement du Canada, le PNUD met en œuvre un vaste programme conjoint holistique  dénommé « Programme de lutte contre l’impunité, d’appui aux victimes de violences et basées sur le Genre et d’autonomisation des femmes à l’est de la RDC ». Parmi les résultats, on constate une  réduction du taux de violences envers les femmes et les filles.

Le PNUD a également appuyé le Comité de Suivi de la Réforme de la Police pour la prise en compte du Genre dans la réforme de la police.

Clarisse Museme

Source: http://www.cd.undp.org/content/rdc/fr/home/presscenter/articles/2016/07/...