Les ODD, un Programme pour tous

Portrait de AGORA administrator

Les ODD : Un programme universel

Les ODD représentent l’engagement des États membres des Nations Unies pour parvenir à un développement durable, et ce, en affrontant des défis majeurs, de portée mondiale, liés aux réalités économiques, sociales et écologiques actuelles. Les ODD comprennent 17 objectifs et 169 buts définis pour améliorer les conditions de vie pour tous, sans discrimination.

Le programme des ODD incarne l’engagement des États membres des Nations Unies à poursuivre l’initiative des OMD, qui s’inscrit dans une continuité des progrès déjà atteints à l’échelle mondiale. Les ODD confient à chaque pays la responsabilité de traduire les objectifs internationaux en des objectifs nationaux et locaux qui s’inscrivent dans le cadre de la réalisation des buts et objectifs ultimes. Afin de catalyser le développement dans les pays les moins bien pourvus, les pays jouissant d’un niveau de développement élevé et de ressources abondantes assisteront ces pays partenaires en participant à des plans et programmes d’action à l’échelle mondiale.

Les gouvernements nationaux qui ont participé à l’élaboration et à la rédaction des ODD ont chargé l’ONU du contrôle et de la gestion de ces derniers. Le Forum politique de haut niveau sur le développement durable (HLPF), créé par l’ONU en 2012, sera également chargé d’assurer le suivi et l’évaluation des ODD.

Le programme des ODD est un pilier sur lequel reposent les travaux futurs de l’ONU. Il éclaircit la voie du développement durable pour les 15 prochaines années. Des millions de gens à travers le monde comptent sur ce programme et attendent avec impatience l’avènement des changements promis.

Durant la phase de rédaction et de l’élaboration des ODD, il s’est avéré nécessaire de sonder les opinions des citoyens du monde pour savoir les priorités qu’ils aimeraient voir intégrer dans le nouveau programme. Ainsi, une enquête mondiale « My World » (Mon Monde) a été réalisée, compilant les réponses de 1,6 million de personnes issues de 190 États et territoires afin de déterminer les objectifs d’un nouveau programme du développement pour l’après 2015.

L’enquête a permis d’identifier les priorités des gens concernant les domaines du développement qu’ils souhaiteraient voir réalisés. « Une bonne éducation » et « de meilleurs soins de santé » ont été la première et la deuxième priorité mentionnés. En troisième lieu, les gens ont voté pour des « gouvernements honnêtes et efficaces », une réponse emblématique représentant les aspirations des peuples à mettre en place des gouvernements stables, participatifs et représentatifs. D’autres réponses ont appelé à donner la priorité à l’élimination de l’extrême pauvreté, à la création d’emplois, à l’amélioration des services publics, et à la promotion de la paix, de la sécurité et d’une gestion durable et équitable des ressources naturelles. Les ODD ont pris les résultats de l’enquête en considération et les ont incorporés dans le programme comme illustré par l’Objectif 16 : promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes, ce qui répond au désir des gens d’être représentés par des gouvernements honnêtes et efficaces.

Les partenaires et intervenants des ODD

Il est indispensable que toutes les personnes, organisations, institutions et gouvernements s’appliquent à la compréhension des ODD compte tenu de leur impact considérable et de l’étendue de leur portée. L’ONU invite également tout le monde à participer activement dans la mise en œuvre du programme des ODD afin de créer un avenir meilleur pour tous.

Il est nécessaire que les groupes cibles et les bénéficiaires de ce programme soient effectivement engagés, habilités et impliqués dans le développement et la mise en œuvre des ODD afin que l’ONU puisse tenir les promesses de cette initiative.

Ciblés par les Nations Unies depuis l’adoption de l’Agenda 21 sur le développement durable en 1992, les neuf groupes suivants représentent les principaux bénéficiaires du programme et doivent être impliqués et consultés dans l’élaboration et la réalisation des objectifs si jamais les ODD devront avoir un impact significatif :

1.      les femmes

2.      les enfants et les jeunes

3.      les peuples autochtones

4.      les organisations non gouvernementales

5.      les autorités locales

6.      les travailleurs et les syndicats

7.      le commerce et l’industrie

8.      la communauté scientifique et technologique

9.      les agriculteurs

Cette catégorisation s’explique par la reconnaissance que les gouvernements ne pourront atteindre un développement durable sans le soutien des bénéficiaires qui composent ces groupes.

Le document final du Programme d’action d’Addis-Abeba (PAAA) a déclaré que les entreprises commerciales et industrielles sont invitées à jouer un rôle vital dans les 15 prochaines années aux côtés de leurs gouvernements — non seulement au niveau national, mais aussi sur la scène internationale, étant donné que les investissements stimulent le développement et font bénéficier toutes les personnes, sans discrimination. Un partenariat solide entre les secteurs privés et publics ouvre la voie à la réalisation des ODD. Les entreprises sont invitées à se rapprocher de leurs gouvernements et leur soumettre des suggestions et des propositions sur le type d’assistance qu’ils souhaiteraient offrir dans la réalisation des ODD. Les gouvernements doivent en retour faciliter l’accès aux entreprises à des investissements équitables, et assurer la présence d’un cadre juridique approprié, en particulier dans les pays en développement. Les députés peuvent également prendre l’initiative en suggérant de nouvelles lois qui réduisent les taxes sur les projets visant à atteindre les objectifs de développement durable. Les députés peuvent en outre assouplir les restrictions sur les entreprises dont la croissance contribue au développement national. Ces mesures incitatives encourageront les investisseurs et les entreprises à collaborer avec les institutions de l’État.

Éventuellement, toutes les parties prenantes, la société civile, les institutions académiques et les entreprises finiront par créer un réseau de travail en faveur du développement durable.

 

 

GOAL 16

L’Objectif 16 a une valeur particulière, non seulement en soi, mais également dans le cadre de la réalisation de l’ensemble du programme d’ici l’horizon 2030, étant donné que la promotion d’une société pacifique et inclusive est la première étape vers l’établissement d’un développement durable. L’instabilité et les conflits à travers le monde ont posé des obstacles à la réalisation des OMD. Par conséquent, l’Objectif 16 appelle à des actions consacrées à la sécurisation des sociétés, afin que la justice soit rendue dans une société inclusive et par des institutions publiques responsables et compétentes.

La notion d’une société pacifique et inclusive se réfère à une société dans laquelle toutes les personnes ont les mêmes droits, les mêmes chances et un même accès aux services publics, quelle que soit leur religion, couleur, sexe, opinion politique ou race. Les États membres devraient promouvoir la paix et protéger les citoyens de toute sorte de violence, d’oppression ou d’intimidation.

Alors que les conflits armés représentent l’un des pires obstacles à la réalisation des ODD, la paix, elle, représente une condition favorable au développement durable. L’écart entre la performance des OMD réalisés dans des pays en développement touchés par les conflits et ceux qui ne le sont pas a été important et a augmenté avec le temps. Si nous n’abordons pas le problème, d’ici 2015, plus de 50 pour cent des pauvres de ce monde seront susceptibles de vivre dans des États fragiles touchés par le conflit et ce pourcentage devrait atteindre 82 % en 2025. Dans cette optique, au début des négociations, il a été reconnu que « la paix et la bonne gouvernance sont des éléments inhérents du bien-être et ne sont pas des options facultatives ». (Une interview avec Patrick)

Une société pacifique et inclusive ne peut exister sans la présence d’institutions étatiques fiables et responsables. Celles-ci sont le fondement du développement, et en particulier dans les États fragiles. Les acteurs internationaux, comme le PNUD, visent à renforcer et à améliorer ces institutions pour assurer qu’elles travaillent dans l’intérêt de la société. D’autre part, le renforcement des institutions permettra de mieux aborder les attentes et besoins des peuples. Le parlement, comme principal organisme représentatif de l’État, doit jouer un rôle essentiel dans la réalisation des ODD et notamment dans la réalisation de l’Objectif 16.

La réalisation de l’Objectif 16 exige un effort concerté et une collaboration étroite entre les parlements, les gouvernements, la société civile et la communauté internationale. Chaque intervenant doit apporter une valeur ajoutée pour le développement national, leurs travaux et leurs efforts doivent être complémentaires, et le bien-être des citoyens doit être placé au centre des politiques de développement. Ces intervenants doivent considérer les besoins et les attentes des peuples et les traduire en des politiques adaptées à la capacité des institutions, et en cas de besoin, ces institutions peuvent solliciter un soutien comme celui offert par le PNUD. L‘Objectif 16 vise à renforcer la capacité des institutions nationales à créer des conditions de sécurité pour leurs citoyens, et à gouverner par la justice et l’égalité.