Industries extractives : des conférenciers de 80 pays à Lima pour parler de la crise

Portrait de AGORA moderator

Au moins 1400 personnes participeront à la Conférence mondiale de l'Initiative pour la transparence des industries extractives (Itie) du 24 au 25 février dans la capitale péruvienne. Intitulée "Des rapports aux résultats", cette conférence arrive à un moment difficile pour les pays exportateurs dont la plupart d'entre eux ont revu à la baisse leurs budgets nationaux. La chute des prix des produits de base est aussi responsable du report et même de l'annulation de plusieurs projets miniers.    

Les travaux se tiennent dans un contexte incertain pour les matières premières. Toutefois, même instable, ce secteur a connu le renforcement de la confiance ces dernières années. La conférence de l'Itie 2016 sera un cadre propice pour s'étendre sur les acquis du processus de transparence qui compte aujourd'hui quarante-neuf pays. Les conférenciers évalueront ainsi la part de l'Itie dans plusieurs domaines dont le renforcement de la confiance, l'éclairage du débat public et l'instauration des systèmes et politiques plus performants.

Les organisateurs comptent ainsi sur la qualité des interventions. L'on cite la présence des représentants des gouvernements, des industries extractives, des investisseurs, de la société civile et des organisations internationales. Par ailleurs, l'exposition nationale permettra aux quarante-neufs pays de présenter les progrès. Lors de cette exposition, les principaux partenaires de l'Itie auront l'occasion de faire un état des lieux de leurs activités. Il est prévu également le lancement d'une version révisée de la norme Itie. L'on compte également remettre aux participants toute la documentation sur les recommandations des rapports Itie qui ont permis de mettre en oeuvre les réformes.

L'autre évènement est l'élection du nouveau conseil d'administration à Lima, la capitale du Pérou. Sur le plan du bilan, il faut savoir que les quarante-neuf pays dont la RDC publient aujourd'hui un plus grand nombre de rapports sur leurs industries extractives respectives. Ils l'ont fait déjà l'année dernière. L'on estime le nombre à plus de vingt-cinq rapports au cours des deux derniers mois. Désormais, la quasi-totalité  des pays adhérents publient les informations exhaustives à propos des évènements classés par entreprises et flux de revenus. En effet, ces pays ont amélioré la communication sur leurs productions et leurs licences.

Ces avancées ont permis de renforcer la transparence et même d'élargir le public qui peut avoir accès à ces données détaillées. Comme l'explique l'Itie, les rapports d'aujourd'hui contiennent plus d'informations et même des recommandations pour mieux éclairer les débats nationaux sur l'amélioration de la gestion du secteur extractif.

SOURCE: 18 Febrier 2016: http://adiac-congo.com/content/industries-extractives-des-conferenciers-...